Immersion

Immersion

Aujourd’hui, c’est le grand jour. Me voilà dans le bus pour Kalamunda, une petite ville à l’Est de Perth. Une heure de transport et j’y suis. Après presque 4 mois de préparation, 4 mois où j’imaginais ce moment, enfin, je suis devant le panneau qui indique le « Northern Terminus », le point de départ du Bibbulmun Track. Une photo pour la postérité, une vidéo pour faire le « buzz » et je me lance : 1000 km… j’espère !
Enfin le départ
Enfin le départ
Après seulement quelques kilomètres, j’ai déjà croisé kangourous, cacatoès noirs ou roses et des perroquets verts. Je suis aux anges. Je ne le sais pas encore mais je verrai ces animaux tous les jours par la suite.
Un « red capped parrot »
Un « red capped parrot »
Un « Western Grey Kangaroo » (zoom numérique max... ils ne se laissent pas approcher facilement)
Un « Western Grey Kangaroo » (zoom numérique max… ils ne se laissent pas approcher facilement)
Dès le second jour, la pluie est de la partie. Je dois faire 20 km sous des trombes d’eau en première partie de journée puis entre les averses à partir de midi. C’est l’occasion de tester ma solution « ultra high-tech » pour protéger le haut de mes jambes, une jupe de pluie confectionnée avec un grand sac poubelle, combinée avec ma veste. L’ensemble fonctionne bien et j’arrive à Helena camp site presque sec. Ce soir-là, nous sommes dix à dormir dans l’abri, c’est le dernier week-end des vacances scolaires. L’ambiance est cool, ça papote autour du feu. Je discute avec des Australiens en randonnée pour le week-end. Ils me donnent des conseils sur la stratégie à adopter en cas de rencontres avec certains animaux du bush.
Veste et jupe de pluie maison
Veste et jupe de pluie maison
Helena camp site : 5h30 du matin, chambre avec vue
Helena camp site : 5h30 du matin, chambre avec vue
Day 3, Helena camp site : départ à 6h45
Day 3, Helena camp site : départ à 6h45
Les jours se succèdent sous un soleil de plomb l’après midi et 5°C la nuit. Le ciel est parfaitement bleu, pas un nuage, pas une trace blanche pendant 4 jours. Il fait de plus en plus chaud, je pars de plus en plus tôt.
Installation en bord de rivière pour la pause de midi
Installation en bord de rivière pour la pause de midi
Le sixième jour, je prends pleinement conscience de deux fléaux Australiens : le premier est le feu de forêt. Beaucoup d’arbres dans cette région portent les stigmates d’incendies plus ou moins récents. Les troncs sont noirs mais les cimes sont feuillues et vertes. Tout autour, après quelques années, la nature reprend ses droits et seules les silhouettes des arbres jurent sur le fond vert.
La forêt quelques années après un incendie
La forêt quelques années après un incendie.
Depuis bientôt 48h, c’est différent. Je marche dans une forêt brûlée très récemment. Aucune feuille verte, des troncs noirs et aucune broussaille, le tout donnant une impression de fin d’automne. Au sommet du Mont Cook, j’aperçois ce que je pense être les premiers nuages depuis 4 jours. En réalité, il s’agit de l’épaisse fumée d’un incendie à 15 km de là. Il est au sud et le prochain camp est légèrement au sud-est. Il y a peu de vent et à en juger par la forme du nuage, il souffle par l’Est, ce qui l’éloigne de mon trajet. Malgré tout, peu rassuré, je décide d’appeler la Bibbulmun Track Foundation. Je monte sur un gros bloc de granite et réussis à les joindre. Ils ne sont pas au courant, promettent de me rappeler dans les dix minutes suivantes. Finalement, il s’agit d’un feu déclenché volontairement par les pompiers pour éliminer les broussailles et diminuer le risque d’un potentiel vrai incendie. Entre moi et la zone, il y a une autoroute. En aucun cas il ne devrait y avoir de problèmes. Je repars donc rassuré.
Vue de l’incendie depuis le « Mount Cook »
Vue de l’incendie depuis le « Mount Cook »
Je redescends donc dans la vallée. Il me reste 10 km à parcourir pour aujourd’hui, ce qui ne devrait pas poser de problèmes. Pourtant, une fois dans la vallée, je suis confronté au deuxième fléau du Western Australia… les mouches ! Des dizaines de mouches prennent mon sac d’assaut. J’ai, en permanence, cinq ou six d’entr’ elles qui volent autour de ma tête, marchent sur mes lunettes, rentrent dans mes oreilles ou mes narines… la torture est permanente. Je ne suis en paix que lorsque je me frappe les épaules avec mon chapeau. Les dix derniers kilomètres sont un supplice. Arrivé au camp, je monte vite une moustiquaire et parviens à m’extraire de cet enfer. Le lendemain, le cauchemar reprend dès que le soleil est suffisamment haut pour réchauffer la forêt mais mon objectif du jour me fait les oublier. Ce soir, j’arrive au Road House de North Bannister, autrement appelé « The Three Ways ». C’est un restaurant sur « Albany Highway », la route menant au Sud depuis Perth. Il est comme posé au milieu de nulle part. La meilleure façon de le décrire c’est de dire qu’il s’agit, en gros, d’une aire d’autoroute. J’ai prévu d’y passer mon jour de repos mais avant, je vais pouvoir y prendre une douche et laver mon linge.
L’endroit le plus chaleureux du monde, le fameux « Three Ways »
L’endroit le plus chaleureux du monde, le fameux « Three Ways »
Petit déjeuner de routier, c’est ce qu’il me fallait
Petit déjeuner de routier, c’est ce qu’il me fallait
Ne rien faire… rien de physique, surtout pas d’effort, quel bonheur ! Mon « Nearo » (Near Zero Kilometer), comme on dit dans le milieu, consistera en une grasse matinée (7h30), un énorme petit-déjeuner à 10h30 et puis principalement écrire cet article, recharger les batteries le plus vite possible, retrouver un peu de confort, et puis repartir…

8 commentaires sur “Immersion

  • Benos

    Espérant que tu te soit bien reposé pendant ton « Nearo ».
    Je constate que tu en a déjà pris plein les yeux et je ne parle pas que des mouches… LOol !!!
    Continues comme ça et tes 1000 bornes ne feront plus références au jeux de cartes mais bien à ton Bibbulmun :p
    Foss baw boug en mwen

    Répondre
  • Brigitte

    Quel plaisir de voir ce nouveau post
    Moi je te trouve vraiment mignon avec ta jupette pour la pluie (tu m’ étonnes que les kangourous ne se laissent pas approcher!!!) et je ne parle pas du caleçon qui sèche !!!!
    Prends bien soin de toi
    Mille bizous , je suis avec toi et fière de toi

    Répondre
    • Julie

      Trop drole maman, tu m’a bien tué !!! ahahah !!!

      Répondre
  • Julie

    J’avoues trop mignon cette jupette en sac poubelle ! 🙂
    Le mouvement avec le chapeau ou la main d’une épaule à une autre pour faire fuir les mouches, Joe l’appelait « the aussie salute »… lol
    Super petit article ! J’ai adoré la photo du magnifique road house three way ! lol
    Allez maintenant la suite ! 🙂

    Répondre
    • Lucho

      Excellente muchacho continua asi que vas à llegar à tu destino!!

      Répondre
  • Valou

    On est avec toi!! Ca à l’air plutôt rude! Bravo et merci pour ton article, c’est trop cool de te suivre. Gros bisous

    Répondre
  • Alex

    Merci les amis et la famille. Ça fait chaud au coeur ( il fait 5°c le matin) j’en ai besoin. Pas beaucoup de réseau par ici bisous.

    Répondre
  • Benji

    Courage mon poulet, on pense bien à toi! Tes articles nous donnent envie de suivre ton périple de gros taré! Profite!
    Kisskiss

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *